Stages de formation professionnelle

Stage 2016-2017 : La création scénique, des sources à la production.

Les 29-30 octobre 2016,
et les 11-12 février 2017.


La danse traditionnelle québécoise se transpose sur scène depuis près d'un siècle. Les ensembles folkloriques ont joué un rôle prédominant dans le domaine, et les trente dernières années ont vu apparaître quantité de nouvelles approches chorégraphiques appliquées à la danse traditionnelle québécoise, incluant la gigue.

(ci-contre : photo de la BIGICO)


C'est sur cette démarche de création et d'adaptation à la scène que portera le stage de Danse traditionnelle Québec 2016-2017.


Après un court survol des sources et genres disponibles pour la création, plusieurs chorégraphes viendront présenter leurs œuvres et leur démarche de création. On abordera également la question de la direction musicale et ainsi que celle de la création de costumes.


Des équipes de création seront formées parmi les stagiaires, qui travailleront en laboratoire en février, sous le mentorat des professeurs du stage.


Les ateliers, qui se tiendront à Montréal, commencent à 9h30 le samedi, et à 9h le dimanche, les portes seront ouvertes dès 9h le samedi. Le nombre de places est limité : « premier arrivé - premier servi », c'est-à-dire que c'est le cachet postal ou la date du paiement Paypal qui fait foi (selon le cas), le tout accompagné du formulaire à remplir ci-dessous. La participation aux deux fins de semaine est obligatoire.


Partenaire pour le stage de février 2017

Les professeurs sont : (de gauche à droite) Voir leurs biographies sous le formulaire


  • Menka Nagrani : pour la création chorégraphique  ;
  • Frédérique-Annie Robitaillepour la création chorégraphique;
  • Monik Vincentpour la création chorégraphique;
  • Josianne Hébert : pour la direction musicale;
  • Suzanne Harel : pour les costumes;
  • Normand Legault : pour l'ethnographie (formes et genres);
  • Pierre Chartrand : pour les sources (documentation, histoire).

Lieux du stage

29-30 Octobre : Studio La Cenne, au 7755, boulevard Saint-Laurent, suite 300, à Montréal (Métro de Castelnau).

11-12 Février : Département de danse de l'UQAM840 Rue Cherrier, Montréal (Métro Sherbrooke)

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Pour payer en ligne (Paypal)

Biographies des professeurs du stage 2016-2017

Menka Nagrani 

  
Metteur en scène et chorégraphe, Menka Nagrani travaille le théâtre, la danse et la musique. Elle détient une maîtrise en théâtre de l’université du Québec à Montréal et un diplôme d’études collégiales en danse. Elle a étudié le piano classique et s’intéresse également à la gigue et au chant. Elle a dansé pour les chorégraphes Marjolayne Auger, Karine Rathle, Marie-Soleil Pilette (notamment aux IVe Jeux de la Francophonie au Liban) et a participé en tant que comédienne à une tournée québécoise avec la compagnie de théâtre ambulant Le Cochon SouRiant. Menka recherche les aventures artistiques singulières et engagées. Elle collabore régulièrement comme metteure en scène et interprète avec la compagnie de théâtre Espace Forain. Elle signe récemment la mise en scène des finissants en théâtre du collège Lionel-Groulx.

Elle fonde en 2004 les Productions des pieds des mains et y crée plusieurs spectacles engagés à la rencontre même de la danse contemporaine et du théâtre expérimental. Ses créations, Leçons, L’Ombre, Le Temps des Marguerites, Pharmakon et Le Chemin des Passes-dangereuses ont été présentées sur la scène montréalaise (Tangente, Théâtre La Chapelle, maisons de la culture…) ainsi que dans des festivals internationaux en France, en Belgique et au Japon. Sa pièce Le Temps des Marguerites a été classée parmi les quatre meilleurs spectacles de danse-théâtre présentés au Canada en 2007 par la critique danse du quotidien The Globe and Mail. Sa pièce Pharmakon s’est mérité un Cochon d’or (prix de la relève artistique québécoise) ainsi qu’une nomination pour « la réalisation la plus remarquable » à ce même concours. Elle a également reçu le prix Janine-Sutto en 2010 et le Prix à la création artistique du Conseil des arts et des lettres du Québec en 2012 pour l’ensemble de son parcours artistique. 

Menka fut la première créatrice au Québec à intégrer sur scène des artistes ayant une déficience intellectuelle dans des spectacles professionnels de danse-théâtre. Elle collabore depuis 1999 avec le centre d’art Les Muses, une formation socioprofessionnelle dans les arts de la scène pour les personnes ayant un handicap intellectuel à l’intérieure de laquelle elle enseigne la danse et le mouvement pour acteur. Renommée pour sa démarche singulière d’intégration de personnes atypiques dans ses créations et pour son approche particulière d’aborder la danse au théâtre, elle est souvent invitée pour donner des conférences ou des ateliers pratiques au Canada et à l’étranger (Royaume-Uni, Belgique).


Frédérique-Annie Robitaille

  
Frédérique-Annie Robitaille est présentement chorégraphe résidente de la compagnie de danse [ZØGMA], Collectif de folklore urbain, un organisme culturel professionnel, qui fait figure de leader dans le monde de la danse percussive, au Québec et au Canada. Véritable passionnée de danse sous toutes ses formes, cette chorégraphe et interprète travaille avec ardeur depuis plus de quinze ans au sein de cette compagnie artistique, dont elle est co-fondatrice.

Elle a contribué de manière importante à développer, une signature chorégraphique unique, qui métisse la puissance contrapuntique de la gigue, l’un de plus beaux fleurons de nos arts traditionnels, à la douce fluidité du mouvement contemporain.
Dans le cadre de son travail au sein de [ZØGMA], elle est souvent appelée à diriger des ateliers et des conférences dans les institutions d’enseignement et les organismes culturels, pour faire découvrir l’univers de [ZØGMA] à travers la gigue, le mouvement et la danse percussive, contribuant ainsi au développement d’amateurs de danse ou de futurs artistes de la relève.

Depuis plus de 10 ans, elle est également invitée à agir en tant que mentor, à maintes reprises, et à donner des séminaires de création chorégraphique à Québec, Banff, Montréal, Winnipeg, Edmonton et Sept-Îles, afin d’y communiquer le fruit de ses travaux de recherche et d’enseignement en danse. Elle agit ainsi comme «coach» auprès des artistes, afin de les soutenir dans leur processus de création, en leur offrant de nouveaux outils, pour stimuler et mieux définir leur identité créatrice.


Monik Vincent

  
Monik Vincent a une expérience de plus de trente-cinq ans comme danseuse, professeur, chorégraphe, entre autres, au sein de L'Ensemble national de folklore Les Sortilèges où elle a travaillé pendant douze ans, et Mackinaw, groupe hôte du Mondial des cultures de Drummondville, comme directrice artistique.
Pendant onze ans, elle a enseigné à l'École supérieure de ballet du Québec. Elle a signé les chorégraphies de différents galas dont les Prix Gémeaux, le Gala des Jutra, le Gala Juste pour rire et le Gala du 75ième anniversaire de Radio-Canada. Elle a occupé le poste de chorégraphe en chef de l’émission LE MATCH DES ÉTOILES pendant quatre ans. Elle a travaillé aux chorégraphies des comédies musicales « UN VIOLON SUR LE TOIT », « LA MÉLODIE DU BONHEUR » et « HAIRSPRAY », mise en scène de Denise Filiatrault, et « BELLES SŒURS :THE MUSICAL, mise en scène de René-Richard Cyr.

Elle a aussi signé les chorégraphies du spectacle familial « LES SEPT » de Sylvain Cossette et André Ducharme et a travaillé aux chorégraphies et à la mise en scène du spectacle « VÉNUS » présenté au Casino de Montréal. Elle a fait danser le duo Les Grandes Gueules dans le cadre de leur plus récent spectacle sur scène et a élaboré les chorégraphies de plusieurs pièces de théâtre dont « LADIE’S NIGHT », « VISITE LIBRE », « LA DÉPRIME », « RÉVEILLON » et « NE PAS DÉRANGER ».
 Elle est souvent sollicitée pour animer des spectacles d’envergure lors de festivals et d’événements spéciaux (Mondial des Cultures, Weekends du Monde au Parc Jean-Drapeau, Fête du Canada, etc). 

Diplômée de l'École nationale de l'humour, cuvée 1998, elle a également une solide formation en théâtre et en chant. Monik Vincent a également une formation en narration, en radio professionnelle et en animation. Elle a été animatrice à l’émission « LES WEEKENDS QU’ON M » à la station m105 à Granby et a travaillé comme recherchiste-réalisatrice de l’émission « LES MATINS DE MONTRÉAL » à Rythme FM à Montréal. Depuis 2014, elle est coach en communication à l’école de communication Stéphan Roy. Comme chroniqueuse, on a pu la voir à l’émission « POUR LE PLAISIR» animée par France Castel et Michel Barrette à Radio-Canada. Elle a été recherchiste au casting pour les émissions télévisées « UN SOUPER PRESQUE PARFAIT » et « THE PRICE IS RIGHT/ À VOUS DE JOUER ».et est également recherchiste et responsable du public pour le jeu télévisé « LA GUERRE DES CLANS »  depuis 8 ans.
Comme comédienne, elle a décroché quelques rôles importants dans des films québécois (Maurice Richard, Aurélie Laflamme, Le cas Roberge, Madame L’Espérance, etc), des séries télévisées (Prémonitions, L’Imposteur, Adam et Ève, Mirador, Toute la vérité, Les Boys, les Bougon, Minuit le soir, etc) et plusieurs publicités (Boomerang, Le Porc du Québec, Les Rôtisseries St-Hubert, etc). Elle a été de la distribution de la comédie musicale SISTER ACT à l’été 2014 et plus récemment dans GREASE à l’été 2015 dans le rôle de Miss Lynch, et en tournée à Québec à l’été 2016.

Josianne Hébert

  
Josianne possède plusieurs chapeaux : auteure-compositrice-interprète, réalisatrice, pianiste, accordéoniste, chanteuse, directrice musicale. Elle est musicienne pour l’auteur-compositeur-interprète Pierre Lapointe de 2002 à 2012 et collabore toujours en temps que pigiste avec plusieurs autres artistes reconnus du milieu de la musique populaire et indépendante, dont Michel Faubert, Jérôme Minière, Philippe B, Les soeurs Boulay, Isabelle Boulay, etc. Elle est aussi pianiste pour le théâtre musical Le chant de Ste-Carmen de la main (musique originale de Daniel Bélanger et mise en scène de René-Richard Cyr) en 2013-2014, en plus d’être réalisatrice de l’album La Grande Ligne de Stéphanie Lépine (2015) et co-réalisatrice pour Le temps des fêtes est terminé des Frères Berthiaume (2016). Sa carrière de musicienne l’a amenée à se produire au Québec, dans l’ouest canadien, aux États-Unis et en Europe à plusieurs reprises. Pianiste pour l’ensemble folklorique Mackinaw pendant quelques années, ancienne membre du groupe de musique traditionnelle Les Langues Fourchues et grande collectionneuse de chansons, elle porte fièrement en elle la passion que lui a transmise sa grand-mère, celle des traditions. C’est habitée par cette même passion qu’elle perpétue son travail au sein de Galant, tu perds ton temps avec qui elle réalise trois albums et produit tous les arrangements depuis 2003.

Suzanne Harel 

  
Suzanne Harel a étudié en Production Théâtre au Cégep Lionel Groulx il y a quelques décennies 
Elle commence son métier de créatrice de costumes rapidement au théâtre. Elle se fait vite une place au sein des étoiles montantes de l’époque. Touche-à-tout au début, c’est la télévision qui sera son gagne-pain principal sans toutefois abandonner sa passion du théâtre.
On peut lui attribuer une part des succès de La Petite Vie, de Samedi de Rire, Radio Enfer, et d’Histoire de Filles. Elle a travaillé aux côtés de plusieurs metteurs en scène,  Louis Saïa, Denise Filiatrault, Normand Chouinard, Dominique Champagne, René Richard Cyr , Simon Boudreault etc. 
Elle est récipiendaire du Trophée Jean Besré pour la télévision et d’un trophée Gémeau pour les costumes de la série Covergirl. Elle a reçu plusieurs nominations diverses ; La Petite Vie, Jack Carter, la Comtesse de Bâton Rouge., Dieu Merci ! . Et de nombreux trophées au Théâtre, Gascon Roux et Masque. 
Parallèlement à son métier elle n’a jamais délaissé la peinture qu’elle faisait en dilettante. Des ateliers de modèles vivants et quelques années chez Francine Labelle où elle rejoint leur collectif de peintres coloristes Magenta Blues jusqu’en 2008. Elle a fait partie de l’expo en trio Nous sommes L’àäâ ah  en mai 2016 et projette une nouvelle expo-trio de petits formats  sous le thème « AVRIL »  en avril 2017 !  


Normand Legault

  

À venir


Pierre Chartrand

  
Pierre Chartrand est reconnu au pays et à l'étranger comme danseur et professeur, historien et ethnologue en danse, chorégaphe, gigueur calleur. 
Il commence à danser en 1971 dans la troupe Les Sortilèges. Au début des années ’80 il enseigne au bac en danse du l’Université du Québec à Montréal (UQAM). Il obtiendra à la même époque son certificat d’écriture du mouvement Laban (Labanotation) niveau intermédiaire (Dance Notation Bureau, New York) en 1987. 


En 1987 il part en France pour des études de maîtrise en danse à la Sorbonne (Paris IV), sous la direction de M. Jean-Michel Guilcher (ethnologue en danse et maître de recherche au CNRS). C’est durant ces années à l’étranger (1987-1991) qu'il aura l’occasion de se produire avec diverses compagnie et groupes, dont : Ris & Danceries, Maître Guillaume, le groupe de Marc Peronne, etc.

À son retour de France il fondera le Centre Mnémo (centre d’archives et de documentation :  www.mnemo.qc.ca) dont il est toujours le directeur général et commencera à publier les diverses monographies du Centre Mnémo.
À la même époque, il reprendra l’enseignement au bac en danse du l’UQAM pour quelques années, et donnera des ateliers réguliers au Québec, et des stages à travers le monde (France, Italie, Angleterre, É.U., Canada, Danemark...), et continuera également de chorégraphier pour diverses compagnies. Il sera d’autre part un des instigateurs du nouveau programme de musique traditionnelle du Cégep de Lanaudière, où il enseignera quelques années.

En 1997 il sera récipiendaire d'une Médaille en danse traditionnelle aux Jeux de la Francophonie (Madagascar – 1997), avec Normand Legault.
Les années 2000 verront la naissance de sa compagnie Danse Cadence (avec sa conjointe Anne-Marie Gardette) vouée à la danse traditionnelle et à la danse baroque et Renaissance (incluant bien sûr la danse de la Nouvelle-France). Plusieurs productions verront le jour dont le groupe-spectacle Rapetipetam, ainsi que le spectacle de conte La Chasse Galerie, et tout récemment le Bal des Ménestriers (automne 2012). 

 Il recevra par ailleurs le  Prix de la meilleure chorégraphie par le Independent Reviewers Of New England (IRNE) en 2005, pour un spectacle produit à Boston (Christmas Revels).Il est également un des fondateurs de l'organisme Danse traditionnelle Québec.

Il enseigne aussi la gigue de façon régulière depuis la fin des années ’70, et s’est joint à l’École des arts de la veillée à la fondation de celle-ci, en 1998.