Stages de formation professionnelle

Stage 2017-2018 : L'enseignant et le répétiteur en danse et gigue traditionnelles

Les 21-22 octobre 2017, à Montréal, et les 17-18 février 2018, à Québec

La danse traditionnelle se transmet dorénavant principalement par l'enseignement formel, dans le contexte de classes et de répétitions. Elle se professionnalise grandement depuis quelques décennies et est de plus en plus en phase avec les nouvelles techniques pédagogiques, les questions de santé (prévention des blessures, stress divers, etc.) et les bonnes pratiques au sein des répétitions.

Professeurs du stage DTQ 2017-2018

C'est pourquoi Danse traditionnelle Québec vous offre cette année un programme abordant à ces quatre points :

  • Pédagogie de la danse trad pour les 5-7 ans, et les 8-12 ans
  • Pédagogie et répertoire de la gigue québécoise (différents niveaux) --> il n'est pas nécessaire de savoir giguer pour s'inscrire.
  • Approches corporelles : échauffements, préventions des blessures, etc.
  • Rôle et responsabilités de la répétitrice, techniques et approches diverses.

Les ateliers commencent à 9h30 le samedi, et à 9h le dimanche, les portes seront ouvertes dès 9h le samedi. Le nombre de places est limité : « premier arrivé - premier servi », c'est-à-dire que c'est le cachet postal ou la date du paiement Paypal qui fait foi (selon le cas), le tout accompagné du formulaire à remplir ci-dessous. La participation aux deux fins de semaine est obligatoire.

Les professeurs sont : (de gauche à droite) Voir leurs biographies sous le formulaire


  • Sophie Michaud : pour le rôle de la répétitrice (automne) ;
  • Michèle Bastien : pour le rôle de la répétitrice et ses techniques (hiver);
  • Éve Tessier (Tradansa) : pour la pédagogie de la danse aux 5-7 ans (hiver);
  • France Bourque-Moreau : pour la pédagogie de la danse au 8-12 ans (automne);
  • Normand Legault : pour la pédagogie de la gigue niveau débutant (automne);
  • Yaëlle Azoulay : pour la pédagogie de la gigue niveau intermédiaire (automne);
  • Pierre Chartrand: pour le répertoire de la gigue niveau débutant (hiver);
  • Dominic Desrochers : pour le répertoire de la gigue niveau intermédiaire (automne);
  • Warwick Long : pour la préventions des blessures, les échauffements, etc. (automne)
  • Marie-Soleil Pilette : pour la préventions des blessures, les échauffements, spécialement adaptés à la gigue.(hiver).

Lieux du stage :

21-22 Octobre : à Montréal, au Studio Z, entrée arrière, au 5334 de Gaspé, suite 717 (7e étage), Métro Laurier.

17-18 Février : à Québec, au Domaine Maizerets : 2000 Boulevard Montmorency, Ville de Québec, QC G1J 5E7. avec la collaboration le Centre de valorisation du patrimoine vivant Es-Trad

  

Inscrivez-vous en ligne

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Pour payer en ligne (Paypal)

Biographies des professeurs du stage 2017-2018

Sophie Michaud


Au début des années quatre-vingt, Sophie M. poursuit ses études au baccalauréat en danse (UQAM) et amorce sa carrière artistique. Après avoir exploré la danse par les voies de l’interprétation et de la chorégraphie, elle se spécialise dans l’accompagnement du processus de création en danse contemporaine. Depuis plus de vingt-cinq ans, elle évolue donc auprès de créateurs émergeants et d’artistes établis en tant que directrice des répétitions, assistante à la chorégraphie et conseillère à la dramaturgie. Parmi ses principaux engagements, figurent de longues collaborations avec les compagnies Cas Public, Manon fait de la danse, Sinha Danse, Corpuscule Danse et Bouge de là. S’ajoutent ses collaborations avec Lucie Grégoire, Jean-Sébastien Lourdais (Fabrication Danse), Marie Béland (Maribé - sort de ce corps), Lorganisme (Caroline-Laurin Beaucage, Catherine Gaudet, Amélie Rajotte) pour ne nommer que ceux-ci. Au département de danse de L'UQAM, elle a aussi assisté plusieurs enseignants et étudiants dans la création de spectacles chorégraphiques. À titre de chercheure, elle s’intéresse au phénomène de la perception chez le regardant en danse et à ses modalités de communication. Détentrice d'un M.A (1996), elle poursuit ses recherches sur le métier auquel elle se consacre au doctorat en Études et pratiques des arts (UQAM). En parallèle à ses nombreuses interventions en studio, elle agit comme formatrice au Regroupement québécois de la danse et comme médiatrice culturelle dans différents contextes de diffusion.


Michèle Bastien


Michèle Bastien à été répétitrice pour la compagnie Zogma, Le Groupe de la Place Royale, Atelier chorégraphique de José Navas, et Lynda Gaudreau/Compagnie de Brune. Elle est également massothérapeute et enseignante spécialisée en Oncologie et fut professeur de danse moderne pour l’école du Groupe de la Place Royale (1992).

Ève Tessier (Tradansa)

 
Ève a grandi au sein de l’ensemble folklorique Mackinaw de Drummondville. Son implication dans cette compagnie lui a permis de connaître la base de la danse québécoise et des danses internationales. Elle a fait plusieurs tournées en Europe, aux États-Unis et au Canada et cela lui a permis d’élargir son bagage en danse et d’alimenter sa passion des autres cultures.
Elle habite Montréal pour favoriser les échanges multiculturels et pour poursuivre des études en arts. De plus, elle s’engage avec des collègues dans un collectif de danse traditionnelle La R’voyure; elle s’investit grandement dans ce projet en tant que danseuse et chorégraphe.
Elle est également enseignante à Jeunes Musiciens du monde. C’est avec beaucoup d’enthousiasme qu’Ève s’est jointe à l’équipe de spécialistes en danse de Tradansa en 2013.


France Bourque-Moreau


Auteure de Je danse mon enfance et La Danse d'inspiration traditionnelle au primaire,
France Bourque-Moreau est aussi conférencière, collaboratrice et consultante en musique et
danse traditionnelle québécoise et internationale auprès de commissions scolaires et
organismes éducatifs et culturels. Depuis 1973, elle fait de l'animation auprès des jeunes et
donne des stages de formation pédagogique dans les milieux scolaires et récréatifs à travers le
monde. L'atelier participatif Danse, mon coeur danse! basé sur son CD du même nom est
reconnu par le Ministère de la Culture et des communications dans le cadre du programme
subventionné «La culture à l'école».


Normand Legault



Depuis plus de quarante ans, Normand Legault se démarque comme chercheur, professeur, gigueur, chorégraphe, mais surtout comme animateur et « calleur de danse » où il dirige les veillées d'une main de maître. Ses études en ethnologie à l’Université Laval l’amènent à parcourir plusieurs régions du Québec à l’occasion d’enquêtes de terrain dans les domaines de la chanson, de la musique et de la danse où il a un contact direct avec la tradition vivante. Son cheminement l’a amené à s’impliquer dans le développement de nombreux organismes en patrimoine au Québec, notamment le Conseil québécois du patrimoine vivant, ÈsTrad CVPV et Danse traditionnelle Québec. Sur la scène professionnelle, il se joint à de nombreux ensembles musicaux à l’occasion de concerts, d’événements culturels, de festivals, de veillées de danses traditionnelles et de stages de formation et il parcourt le Québec, le Canada, les États-Unis et l'Europe avec ce style unique qui a fait de lui l'un des spécialistes les plus respectés de sa génération. Il participe aussi à plusieurs productions dans le domaine de l’édition et du disque. Il obtient la médaille de bronze dans la catégorie Danses traditionnelles aux IIIe Jeux de la francophonie de 1997, à Madagascar.


Yaëlle Azoulay

 
Yaëlle Azoulay est une danseuse/chorégraphe spécialisée en gigue québécoise et en danse percussive. Elle a débuté sa formation au sein d'ensembles folkloriques de Laval et Montréal, pour ensuite éclater son style et professionnaliser sa pratique en tant qu'interprète et chorégraphe au sein du Collectif de folklore urbain [ZØGMA] (depuis 2003) et dans le milieu de la gigue contemporaine - Fuxi Club, BIGICO (depuis 2005). Son travail se démarque par l'originalité de ses idées et son approche musicale, et elle élabore constamment des méthodes d'enseignement de la gigue auprès d'adeptes de divers niveaux. Elle perfectionne également depuis plus de 14 ans le call, l'art de faire danser les gens dans le cadre de veillées traditionnelles et de contextes variés d'animation.

Pierre Chartrand


Pierre Chartrand est reconnu au pays et à l'étranger comme danseur et professeur, historien et ethnologue en danse, chorégraphe, gigueur calleur. 
Il commence à danser en 1971 et dans les années '80 il enseigne au bac en danse du l’Université du Québec à Montréal (UQAM). Il obtiendra à la même époque son certificat d’écriture du mouvement Laban (Labanotation). Il obtient sa maîtrise en danse à la Sorbonne (Paris IV) en 1991.
À son retour de France il fondera le Centre Mnémo dont il est toujours le directeur général et commencera à publier les diverses monographies du Centre Mnémo.
 À la même époque, il reprendra l’enseignement au bac en danse du l’UQAM pour quelques années, et donnera des ateliers réguliers au Québec, et des stages à travers le monde (France, Italie, Angleterre, É.U., Canada, Danemark...), et continuera également de chorégraphier pour diverses compagnies. Il sera d’autre part un des instigateurs du nouveau programme de musique traditionnelle du Cégep de Lanaudière, où il enseignera quelques années. 

En 1997 il sera récipiendaire d'une Médaille en danse traditionnelle aux Jeux de la Francophonie (Madagascar – 1997), avec Normand Legault.
 Les années 2000 verront la naissance de sa compagnie Danse Cadence (avec sa conjointe Anne-Marie Gardette) vouée à la danse traditionnelle et à la danse baroque, Nouvelle-France et de la Renaissance.

Dominic Desrochers


L’amour que porte Dominic Desrochers aux sons et aux mouvements s’éveille lors de rencontres clés avec des porteurs de traditions et maîtres en danses percussives qui ont forgés son esprit créateur. Avec le temps, au paysage de la musique et du mouvement , s’ajoutera une véritable passion  pour la danse percussive.  Multi-instrumentiste, chorégraphe, clown et danseur, il partage fréquemment son savoir en offrant des ateliers et des classes de maître. Il joint en ses œuvres Pédagogie, poésie, musique 100% bio, chansons et art clownesque consistant à faire de la danse percussive une extension de soi.


Warwick Long


Warwick Long (M.Ph. Ed. DO.) Ostéopathe et praticien Feldenkrais. Warwick a travaillé pour plus que 25 ans dans les milieux de la danse et de l’éducation somatique en Angleterre, en Australie, au Brésil, au Canada, en Europe, en Nouvelle Zélande et aux États-Unis. Son parcours professionnel comprend une formation professionnelle en yoga Iyengar (Australie, 1994), une certification en Feldenkrais (Australie1999) et une maitrise en éducation physique (Nouvelle Zélande, 2002).
Depuis 2003, il enseigne des cours d’anatomie, de danse contemporaine et d’éducation somatique à l’Université du Québec à Montréal et à l’Université Concordia. En 2012, il a terminé une formation de 6 ans en ostéopathie au Centre Ostéopathique du Québec. Il travaille présentement comme ostéopathe et professeur de Feldenkrais aux cliniques de Santé Guidon à Dorval et Espace 212 d’Outremont.
Formation professionnelle  : Diplôme en Ostéopathie, Centre Ostéopathique du Québec, Maîtrise en éducation physique Université Otago, Nouvelle-Zélande. Certification professionnelle à la méthode Feldenkrais d’éducation somatique, à la méthode Iyengar Yoga, Australie


Marie-Soleil Pilette


Chorégraphe, gigueuse, danseuse, et "calleuse", Marie-Soleil Pilette a reçu une formation spécialisée en gigue, en plus d'être diplômée du bac en danse contemporaine de l'UQAM. Fondatrice de la Cie SANS TEMPS danse, elle a joué un rôle de premier plan dans le renouveau de la "nouvelle" danse traditionnelle sur scène, en plus d'avoir contribué à former plusieurs gigueurs, danseurs et chorégraphes. Elle danse encore comme soliste dans différents contextes et avec le groupe Rapetipetam. Actuellement finissante au programme de 1re cycle en ostéopathie du CEO, elle s'intéresse entre autres à la prévention des blessures chez les gigueurs.